Sous se titre un peu New Age et psychédélique se cache en fait le titre d’un livre que je viens de terminer de lire:

  • The Path of Least Resistance: Learning to become the creative force in your own life

Le Chemin De Moindre Résistance

De Robert Fritz, 285 pages, 1989.

Soit en français dans le texte:

  • Le chemin de moindre résistance: apprendre à devenir la force créative dans votre propore vie.

Le Pitch du livre

Cet excellent livre n’est malheureusement disponible qu’en Anglais. Donc c’est un bon exercice pour qui veut pratiquer son Anglais (attention toutefois, ce n’est pas un livre facile, donc a déconseiller aux débutants).

Ce livre pose un certain nombre de principes fondamentaux qui permettent de comprendre et d’appliquer  le processus de création.

Qui n’a jamais eu envie de créer son entreprise, d’écrire un livre, de devenir un artiste reconnu, de faire de la peinture, de la photographie, du cinéma ou encore d’inventer quelque chose et remporter le concours Lépine…?

Sans entrer dans les considérations religieuses, ne dit-on pas de dieu, qu’il est le grand créateur? Ne dit-on pas non plus qu’il a crée l’homme à son image? Nous serions donc tous des créateurs en puissance!

L’approche très systémique de l’auteur est très intéressante et permet de modéliser le processus de création et tous les systèmes qui nous entourent, quand dans notre vie nous entreprenons de créer quelque chose.

La création au sens large est abordé dans ce livre et les principes peuvent donc être appliqué aussi bien aux artistes, qu’aux entrepreneurs en herbe.

Chronique du livre

Partie 1 – les fondamentaux

Le chemin de moindre résistance

Dans ce début de livre l’auteur pose, entre autre les principes fondamentaux suivant:

  • L’énergie, le comportement humain empruntera toujours le chemin  de moindre résistance. Il faut en être conscient pour comprendre comment mener à bien tout processus créatif.
  • Chaque problématique de notre vie peut être décrite comme une structure. Une fois ces structures identifiées elle peuvent être modifiées.
  • C’est d’ailleurs les structures que nous mettons en place dans nos vies qui déterminent le chemin de moindre résistance.
  • On ne peut échapper au principe de moindre résistance, mais on peut changer les structures sous-jacentes à notre avantage.

Ces concepts abordés ici, sont difficiles à résumer, pour autant ils sont bien développés dans le livre et les exemple ainsi que l’approche intellectuelle, « fait sens » au fil de la lecture et les concepts résonnent avec de situations que tout à chacun à du traverser.

Le chapitre 2: L’orientation Réaction – Réponse

L’auteur décrit ensuite comment reconnaître les structures qui sont en jeu dans nos vies.Il existes des structures utiles et propices à la création et d’autres propices à l’oscillation ou encore à la procrastination.

L’orientation Réaction-Réponse, est une structure présente très souvent dans nos vies et qui consiste à être tiraillé entre 2 désir antagonistes. Dans cette orientation nous avons tendance à osciller sans jamais atteindre le but visé.

Un exemple classique est celui d’une personne ayant entamé un régime, qui d’un côté a envie d’être plus mince et de perdre du poids et de l’autre côté est attiré par une autre force qui peut être: la faim, la gourmandise, le contexte social d’un repas de famille…
Dans ce cas de figure plus on aura tendance à aller dans un sens, plus la force d’attraction nous tirant de l’autre côté sera forte, jusqu’à ce quelle devienne plus forte que l’envie de faire régime dans notre cas présent, c’est alors qu’on cède à la fin , à la gourmandise pendant un temps, jusqu’à ce que le problème de poids ne redevienne plus douloureux que l’envie de manger, … , …

A ce stade, on peut se dire, bon ok, c’est une vision bien pessimiste des choses, si on se dit que de toute façon, nos projets, nos bonnes résolutions seront anéanties par cette orientation et ce mouvement d’oscillation, mais ne vous inquiétez pas, les solutions existes: il faut modifier la structure sous-jacentes, pour que le but visé soit la destination du chemin de moindre résistance.

C’est à ce moment que l’on comprend le titre du livre 😉

Le chapitre 3: Créer n’est pas résoudre un problème

Ensuite l’auteur précise la différence en résoudre un problème et créer!
Quand on cherche à résoudre, des problèmes, on n’est pas créatif, on essaie de minimiser une souffrance, d’appliquer un pansement sur une situation de sorte que le problème soit moins douloureux.
Créer au contraire, n’est pas de se focaliser sur les problèmes, mais d’identifier quel résultat on veut créer et quelles sont les modifications que l’on doit créer dans les structures mises en cause pour initier le processus créatif menant à l’accomplissement du résultat visualisé/désiré.

Le chapitre 4: Créer:

L’auteur propose 5 étapes pour réellement créer :

  • Concevoir le résultat que nous voulons créer: pour créer, il faut d’abord visualiser le résultat que l’on veut obtenir, en s’affranchissant complément: de la faisabilité, du processus ou de la méthodologie. Simplement formuler le résultat que l’on souhaite créer.
  • Savoir ce qui existe déjà.
  • Agir.
  • Apprendre le rythme du processus créatif.
  • Créer un mouvement/ un élan.

Chapitre 5 : l’Orientation Créative

Qu’est-ce qui motive un créateur ? Le désir que sa création existe!

Chapitre 6 : La Tension Cherche la Résolution

C’est l’image de la personne obèse qui est tiraillé entre ses 2 envies: perdre du poids et manger. Si c’est personne est dans une orientation « Réaction-Réponse », elle fera dans un premier temps beaucoup d’effort pour manger moins et maigrir. Puis au fur à mesure la tension et la tentation de manger va devenir plus forte. Cette tension va chercher à se résorber à l’image d’une personne qui serait écartelée par 2 élastiques tendus en sens opposés.

Chapitre 7: les stratégies de compensation

Sans entrer dans le détail de ce chapitre, l’auteur décrit les stratégies qui nous viennent naturellement et qui sont à éviter pour atteindre les buts que l’on se fixe et pour éviter d’osciller entre 2 états d’inconfort.

Chapitre 8 : La Tension Structurelle (Structural Tension)

Lorsque l’on entame un processus créatif, il faut manipuler la structure en jeu pour créer une « Tension structurelle »: avec d’un côté le résultat que l’on veut obtenir et de l’autre, l’état des lieux de la situation actuelle. Comme toute tension, cherche sa résolution, la tendance naturelle sera de rapprocher la situation actuelle (la notre), du but rechercher, c’est ainsi que l’on arrive à atteindre le résultat voulu.

Chapitre 9 : La Vision (Vision)

Pour commencer à créer, il faut commencer par la fin: Quel est le résultat final que je veux vraiment créer?! Quelle est ma vision!?

Posez-vous la question : qu’est-ce que je veux ?

Considérez ce que vous voulez indépendamment des considérations sur les processus.
Séparez, ce que vous voulez, des questions de possibilité.

Chapitre 10 : La Réalité Actuelle

Pour être un bon créateur, un bon entrepreneur, il faut avoir la vision! Mais aussi la lucidité!

Cette lucidité passe par l’observation objective de la réalité.

Beaucoup de gens, lorsqu’ils créent, font tout pour ne pas se confronter à la réalité et c’est une grave erreur:

Exemple, un entrepreneur à une idée géniale qu’il souhaite développer: une application Smartphone, permettant de prendre des photos et de les partager au monde entier avec un commentaire,…

Cet entrepreneur passe 2 ans enfermé dans son garage à programmer comme un fou, jusqu’à ce qu’il déploie son application et se rendre compte après avoir essuyer les échecs, que quelqu’un l’avait déjà fait avant lui et l’avais appelé Instagram…

Ce même entrepreneur, aurait tout aussi bien réaliser une analyse fine de la concurrence, pour éventuellement « pivoter » et se positionner sur une niche plus spécifique comme un réseau social dédié à la cuisine ou l’on se partage une photo, associée à une recette, qui génère directement une liste de course si on la sélectionne! (Bon si quelqu’un trouve que c’est une bonne idée, merci de m’inclure dans votre projet avant de devenir l’outsider de Marmithon.com 😉 on ne sait jamais…

Partie 2: le processus créatif

Ahh enfin, c’est bien beau tous ces concepts, mais comment qu’on fait vraiment?

Chapitre 11: l’auteur décompose le cycle créatif en 3 étapes:

  • La germination (l’étape que l’on préfère et qui nous apporte l’adrénaline des nouvelles idées). Attention à ne pas rester uniquement sur ces stades de germinations car on a souvent tendance à procrastiner sans jamais passer à l’assimilation.
  • L’assimilation, c’est une sorte de gestation, ou l’on se déplace de la situation initiale vers le but visé.
  • achèvement, étape crucial qui n’est pas sans embûche, il faut aller jusqu’au bout et ne pas tout saboter sur la dernière ligne droite. Il faut aimer suffisamment ce que l’on a crée pour accepter de le voir exister,…

chapitre  12: la germination et le choix

Avoir des idées c’est bien, formuler une réelle vision est différent! Faire le choix d’une bonne vision et le faire de la bonne manière est un art que maîtrise le créateur/l’entrepreneur.

chapitre 13: les choix primaires, secondaires, fondamentaux

les choix primaires sont des choix que l’on fait parce que l’on veut vraiment voir le résultat ce produire par lui même et pour lui même.

ex: devenir médecin et sauver des vies, avoir un physique attirant, monter un groupe de rock, fonder une famille,…

Exercice pour les créateurs en herbe:

  • Prenez une feuille de papier et notez ce que vous voulez vraiment créer au niveau professionnel, personnel, culturel, artistique, sportif, relationnel,…
  • Faite une totale abstraction de:
    • la faisabilité
    • le processus pour arriver au résultat
  • Relisez vos choix et posez vous la question suivante pour chacun de vos souhaits: Si je pouvais vraiment « être astronaute » maintenant, est ce que je le voudrai réellement? Si la réponse est non barrez ce choix.

Ça y est vous avez établi vos choix primaire dans la vie: ne les oubliez pas!

Les choix secondaires, sont des choix de moyen qui vont servir les choix primaire.

Ex: pour devenir médecin je dois être studieux et faire médecine, pour avoir un  physique attrayant, je dois faire du sport,…

Les choix fondamentaux, sont les choix qui permettent de manipuler les structures.

Un fumeur qui décide d’arrêter de fumer, fait le choix fondamental d’avoir une vie scène et de ne plus être esclave de la cigarette. Sans se choix, toute les méthodes du monde ne fonctionneront pas et la personne n’arrêtera pas. Avec ce choix, n’importe qu’elle méthode fonctionnera!

Petite appartée: ce choix fondamental, fait d’ailleurs partie intégrante de la méthode d’Allen Carr pour arrêter de fumer facilement, j’ai compris en lisant ce livre, que c’est une clé majeur du taux de succès  impressionnant de cette méthode.

chapitre 14: l’assimilation

L’auteur détaille cette phase du processus créatif, qui est finalement la partie la plus ardue ou le créateur doit passer de la vision, au résultat!

chapitre 15 : l’élan

Ce chapitre n’étant pas essentiel, à mon sens, je vous laisserai le soin de le découvrir.

chapitre 16: les moments stratégiques

L’auteur décrit les moments clés du processus, qu’il faut savoir identifier pour mener à bien le processus créatif.

Le plus important à mon sens sont les moments où  il faut employer la technique du pivot illustrée précédemment.

chapitre 17: l’achèvement

L’auteur, nous met en garde, car l’on sous estime souvent cette étape qui n’est pas aussi triviale qu’elle n’y parait.

Conclusion

Vous l’aurez compris ce livre dense en concepts et modèles s’applique au processus créatif dans sont sens le plus large (pas uniquement artistique). Ce livre bien que difficile mérite le temps qu’il faut lui consacrer, car il rationalise des éléments de nos vies qu’une personne lambda n’aurait jamais, appréhendé, modélisé, expliqué.

Ce livre n’est pas une recette miracle, mais vous ouvre les yeux sur les travers de nos comportements quotidiens (oscillation, procrastination,…) et nous montre le chemin de la création!

Je vous le conseille, à mettre en toute les mains!